Quel avenir en 2017 ?

Mis en ligne le 16 janvier 2017

Alors que l’on attend la circulaire de la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) pour 2017, on sait juste que l’État prolonge le dispositif des emplois d’avenir au moins pour le 1er semestre de cette année. Dans la loi de finances, figure une enveloppe nationale pour 35 000 postes sur le 1er semestre 2017. Il est à supposer que cela se traduira par quelque 4000 emplois pour l’Île-de-France si l’on se réfère aux précédentes répartitions. La dernière circulaire de la DGEFP avait attribué environ 12 % des 35 000 postes nationaux à notre région.

En 2016, la DGEFP mettait l’accent sur l’accompagnement à la sortie, indiquant qu’un peu moins de 70 % des jeunes bénéficiaient d’un entretien avant la fin de leur contrat.
Mais le problème réside surtout dans la capacité ou non des structures d’accueil à pérenniser ces postes et dans celle des Missions locales à accompagner tous les jeunes...

Le non lucratif se mobilise

Mis en ligne le 16 janvier 2017

À l’initiative de plusieurs crèches associatives parisiennes et d’autres dans toute la France, un collectif des acteurs ESS de la petite enfance s’est créé il y a plus d’un an.
« Accent petite enfance » veut défendre les valeurs associatives appliquées à la petite enfance, créer du lien entre ses membres, les conseiller et se faire entendre auprès du ministère des familles et de la Caf.

Est en jeu, le mode de financement des structures multi-accueil qui s’appuie sur une méthode complexe du calcul des heures de présence des enfants. Une chose est la présence effective de l’enfant, plus ou moins régulière et ponctuelle, on peut le comprendre pour les tout-petits. Une autre chose est celle du personnel, qui, retard et absence des enfants ou non, est en poste. Or, c’est la première donnée qui déclenche l’attribution des dotations de la CAF, de loin le principal financeur.

Soutenir les CAE

Mis en ligne le 16 janvier 2017

Jusqu’à présent soutenues par le conseil régional, les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) s’inquiètent pour leurs subventions 2017. Or, elles effectuent un travail efficace et innovant de soutien à l’entrepreneuriat. Elles accompagnent des centaines de travailleurs, qui bénéficient, grâce à elles, d’un double statut d’entrepreneur (vis-à-vis de leurs clients) et de salarié (vis-à-vis de la coopérative).

Ce statut original permet à de nombreuses personnes d’échapper à la précarité de l’auto-entrepreneuriat et de professionnaliser leur projet, en bénéficiant d’un soutien individuel et collectif précieux. Voilà pourquoi les CAE oeuvrent pour l’intérêt général et ont besoin d’un financement public de la région pour équilibrer leur budget.

La santé et la protection sociale

Mis en ligne le 16 janvier 2017

S’il n’est pas dans les propos d’une Lettre régionale d’analyser les programmes des candidats à la présidentielle, saluons l’initiative de la Mutualité Française, qui vient d’ouvrir www.placedelasante.fr

Ce site participatif veut mettre les questions de santé et de protection sociale au coeur des prochaines échéances électorales. Quatre jolis pictogrammes - explorer, décrypter, interpeller, évaluer - invitent à se documenter, comprendre, comparer les intentions des
candidats et les interpeller. Lors d’un grand événement organisé le 21 février, ces interpellations se feront en public et grandeur nature.

Femmes entrepreneures

Mis en ligne le 14 décembre 2016

La 7e promotion de Stand Up vient d’être accueillie à La Courneuve, dans l’espace du pôle territorial de coopération économique Cursus Nova. Les 35 heureuses élues à cette formation ont été sélectionnées sur plusieurs critères : avoir un projet d’entreprise « impactant » au plan sociétal, être basée en Île-de-France, ne pas être salariée. Les futures entrepreneures ont suivi une semaine intensive de cours dispensés par des enseignants de HEC et des professionnels de l’entreprise.

Adopté, financé ?

Mis en ligne le 14 décembre 2016

Adopté le 14 décembre en séance plénière du conseil régional, le schéma de développement économique, d’innovation et d’internationalisation va pouvoir s’appliquer en 2017, moyennant la signature du préfet de région. Le SRDEII regroupe les orientations économiques en quatre chapitres. C’est dans celui consacré à « l’esprit d’entreprendre » que figurent les engagements pour l’ESS.

Le SRDEII organise la complémentarité des aides aux entreprises entre la région et les collectivités locales infrarégionales. « Prescriptif », il s’impose donc à celles-ci. Toutefois, la métropole du Grand Paris bénéficie de plus de liberté, puisqu’elle peut adopter son propre document d’orientations stratégiques.

Quels financements régionaux ?

Mis en ligne le 14 décembre 2016

Pour compenser, très partiellement, la suppression des emplois tremplin IAE (insertion par l’activité économique) en 2016, le conseil régional a créé un fonds de transition doté d’un million d’euros. Seules, 28 SIAE en bénéficient parce qu’elles remplissent la condition de salarier plus de 20 personnes en insertion. C’est ainsi que 14 % des SIAE financées en 2015 l’ont été en 2016. La perte financière en matière d’aides directes atteint 75 %, alerte le Grafie. Adhérent à la Cress, le groupement régional des acteurs franciliens de l’insertion économique est composé de six réseaux de SIAE qui représentent les quelque 400 entreprises IAE d’Île-de-France.

Le nouveau Panorama de l’ESS

Mis en ligne le 14 décembre 2016

En quatre pages, voici une nouvelle livraison des chiffres de l’ESS francilienne. Le Panorama n° 7 vient de paraître sous l’égide de la Cress qui pilote désormais directement l’observatoire régional de l’ESS.

À retenir : 26300 entreprises de l’ESS, soit 6,8% de toutes les entreprises franciliennes, emploient 386 300 salariés, soit 7,1% des salariés d’Île-de-France. Quant au poids de l’emploi ESS relatif par département, il est supérieur ou égal à 9% à Paris. Il se situe entre 8,9% et 7% dans l’Essonne, le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne. Dans les Yvelines et le Val-d’Oise, il est mesuré entre 7,9% et 5% et il tombe à moins de 5% dans les Hauts-de-Seine.

Nous contacter

Siège administratif :
3 rue de Vincennes, 93100 Montreuil
Siège social : 15 cité Malesherbes, 75009 Paris

  • Tél: +33 (0)1 49 88 52 78

Newsletter mensuelle

Ma Newsletter