Tout savoir sur leur versant ESS

Mis en ligne le 18 septembre 2017

Intégrées dans le périmètre de l’ESS par la loi du 31 juillet 2014, les sociétés commerciales qui s’en revendiquent se multiplient. Le Conseil national des Cress leur consacre une note, éditée à l’été 2017 à télécharger. Souvent dénommés « entrepreneurs sociaux », ils sont 236, selon un recensement de l’Insee d’avril dernier.
Le rapport prend le soin de distinguer la qualité ESS, délivrée par le greffe du tribunal de commerce, de l’agrément Esus, délivré par la Direccte.
Les sociétés commerciales de l’ESS n’investissent pas les mêmes secteurs que les autres familles de l’ESS. On les trouve d’abord dans le conseil et soutien aux entreprises, dans l’industrie, en particulier économie circulaire, puis dans le commerce. En termes géographiques, l’Île-de-France est surreprésentée, avec plus de 27 % des effectifs (contre 16 % pour l’ensemble de l’ESS). Côté statuts, on observe une majorité de SAS (société par actions simplifiée).

L’après Terrasse

Mis en ligne le 18 septembre 2017

Parisiens et touriste se sont pressés devant la maison des économies solidaires et innovantes de Paris, cet été. Organisées par thématiques, d’innombrables initiatives sociales et solidaires, sous formes d’animations, démonstrations, débats, dégustations ont occupé le pavé de la Terrasse des Canaux. La Macif était partenaire de cet événement estival.
Pour cet automne, un riche programme est proposé, à l’intérieur des locaux désormais terminés, auquel la Cress contribuera dans le cadre du Mois de l’ESS.

Pour en savoir plus :  facebook /lescanaux, twitter @les_canaux

L’ESS’PACE décolle

Mis en ligne le 18 septembre 2017

Pour inaugurer l’Ess’pace, le 7 septembre, en réalité ouvert depuis cet été, de nombreuses fées qui s’étaient penchées sur son berceau étaient présentes. Ce joli lieu du XIIIe arrondissement a une double fonction : bar-brasserie au RDC et coworking dédié aux entrepreneurs étudiants à l’étage. Il a fallu beaucoup d’endurance à Solidarité étudiante pour mener à bien ce projet astucieux, au cœur d’un quartier étudiant en pleine croissance. Les recettes du bar-brasserie, ouvert à tous les travailleurs locaux, financent l’openspace de coworking, offert gratuitement aux porteurs d’un projet entrepreneurial. Quinze à vingt places sont réservées aux étudiants entrepreneurs et quinze autres aux entrepreneurs-salariés des coopératives d’activité et d’emploi, partenaires.

Coopérative d’urbanisme temporaire

Mis en ligne le 18 septembre 2017

Concrétisant son développement, Plateau urbain se transforme en Scic, société coopérative d’intérêt collectif. On a mesuré les compétences et la créativité de cette jeune équipe d’urbanistes aux Grands Voisins, le site de l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul, dans le XIVe arrondissement.
À partir de la vacance immobilière qui touche de nombreuses grandes villes, Plateau urbain propose de mobiliser les espaces en friche et les locaux vides pour que s’y développent des projets émergents. En attendant les premiers coups de pioche des programmes immobiliers définis par les propriétaires fonciers, Plateau urbain accueille des occupants temporaires, artistes, artisans, entreprises de l’ESS.

L’annonce de la remise en cause des emplois aidés par le Gouvernement cet été est brutale. En Île-de-France, quelques dizaines de milliers de bénéficiaires d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi accueillis par des entreprises de l’ESS sont concernés. Éloignés de l’emploi, peu qualifiés, fragilisés par la vie, 80 % d’entre eux ont plus de 26 ans et beaucoup, plus de 50 ans. S’y ajoutent 20 % de jeunes en difficulté.

Sans solution alternative, à court terme, comment vont-ils pouvoir continuer à se loger, à se soigner, à vivre leur vie de citoyen ? Eux qui animaient des centres de quartier, travaillaient sur des projets culturels, auprès d’enfants, assuraient les tâches administratives de dizaines de petites structures locales, faisaient tourner des clubs sportifs, oeuvraient dans des établissements de santé, etc.

L’ESS francilienne s’est mobilisée !

Mis en ligne le 4 juillet 2017

Le drôle d’amphi des Grands Voisins à Paris affichait complet pour l’AG de la Cress mardi 27 juin. Ouvert au public, ce temps statutaire a permis de mesurer l’intérêt de nombreux acteurs de l’ESS, qu’ils soient adhérents ou non. Dans son rapport moral, Eric Forti rappelait la nouvelle donne découlant de l’application de la Loi ESS de 2014 (qui renforce les Cress) et de la fermeture annoncée de l’Atelier. Dans ce contexte, la Cress a montré sa volonté de co-administration avec les pouvoirs publics, en matière de développement de l’ESS.
En écho, lui répondaient les deux représentants des pouvoirs publics : Arnaud Richard, conseiller régional délégué à l’ESS, et Mathieu Aufauvre, commissaire au redressement productif.

La parole de l’État

Mis en ligne le 4 juillet 2017

Mathieu Aufauvre est un des 21 commissaires au redressement productif, nommé par Arnaud Montebourg, du temps où il était ministre éponyme. Intervenant au nom du secrétariat général aux affaires régionales (Sgar) auquel il est rattaché, il se réjouissait de la tonalité de l’AG de la Cress.
« C’est grâce à votre implication que nous obtiendrons des résultats dans la lutte contre le chômage. Car, chaque petite pierre apportée à l’édifice a son importance. ». Il s’agit d’avancer dans toutes les directions possibles, disait le haut fonctionnaire en substance. Satisfait de voir que l’ESS est « bien intégrée » au schéma régional de développement économique (SRDEII), M. Aufauvre relevait que les pouvoirs publics et la Cress travaillaient maintenant en confiance. L’État apporte son soutien technique et financier à la Cress via la Direccte, elle aussi représentée à l’AG par l’équipe du service de l’accès à l’emploi, dirigée par Véronique Delarue.

La parole du conseil régional

Mis en ligne le 4 juillet 2017

Arnaud Richard, au nom du conseil régional, observait en préambule que « en Île-de-France, la Cress n’a pas la place qu’elle devrait avoir. Et ce n’est pas normal ». « On a donné beaucoup de moyens à la Cress » (NDLR : 200 000 euros pour 2017, toujours pas conventionnés)…
Le conseiller régional mentionnait l’étude commandée à Accenture pour définir la politique ESS de la collectivité. Tout en précisant que les conclusions du cabinet n’étaient pas accessibles, il en tirait la substance :

Nous contacter

Siège administratif :
3 rue de Vincennes, 93100 Montreuil
Siège social : 15 cité Malesherbes, 75009 Paris

  • Tél: +33 (0)1 49 88 52 78

Newsletter mensuelle

Ma Newsletter