12 octobre 2015 Dans Actualités

Il reste encore quelques semaines avant l’ouverture du Mois de l’ESS 2015. Les organisateurs d’événements sont invités à les inscrire sur le site national du Mois.
En Île-de-France, parmi les dizaines de rendez-vous, mettons l’accent sur le forum professionnel « ESS + Europe », le 20 novembre, à l’hôtel de ville de Paris. Il est organisé par l’Atelier, en partenariat avec IDF Europe, le réseau Rêves, le RTES et la Cress qui y animera un atelier.
Quant au lancement national du Mois, à Bercy, le 27 octobre au soir, outre la remise des prix de l’ESS (voir ci-dessous), il sera aussi l’occasion de présenter le nouveau Panorama national de l’ESS.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Lancés cet été, les prix de l’ESS ont attiré plus de 400 candidats issus de toute la France, dont 90 franciliens. La variété des structures, la qualité du travail des acteurs sur le terrain n’ont pas facilité la sélection du jury ! Comment choisir entre la réinsertion de personnes fragilisées en zone désindustrialisée, la création d’une cantine culturelle associative, une plateforme numérique pour des personnes subissant un handicap ou bien encore la reprise d’une librairie en coopérative ?
Le palmarès sera dévoilé le 27 octobre à Bercy, en présence de la secrétaire d’État Martine Pinville. Mais d’ores et déjà la Cress IdF remercie toutes les entreprises qui ont pris le temps de concourir et prévoit de valoriser leurs actions dans les prochains mois.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Après plusieurs mois de réflexions, la circulaire du Premier Ministre sur les modes de contractualisation entre les pouvoirs publics et les associations est enfin sortie.
En référence à l’article 59 de la loi ESS du 31 juillet 2014, entre autre, Manuel Valls précise juridiquement les règles de conventionnement entre les pouvoirs publics et les associations pour éviter la marchandisation des activités associatives d’utilité sociale.
Ce texte officiel permet d’atténuer la volonté d’instrumentalisation des associations par les pouvoirs publics en différenciant leur rôle de partenaire de leur qualité de prestataires de services.

» téléchargement circulaire associations

12 octobre 2015 Dans Actualités

Lors de la convention de l’Udes, le 1er octobre, les employeurs de l’ESS se sont réjouis des deux discours ministériels, prononcés en ouverture et en clôture des travaux. Marquant la reconnaissance de l’ESS par l’État, Martine Pinville a annoncé « la mise en place d’une administration de l’ESS à Bercy dans les toutes prochaines semaines ». La secrétaire d’État s’est dite consciente que « pour se développer, les entreprises ont besoin d’un environnement financier spécifique, capable d’appréhender le risque inhérent à l’entreprise ESS ». Pour ce faire, elle va s’assurer qu’elles bénéficient « d’un environnement financier favorable ».Après la mise en place de financements publics via BPI France et via la Caisse des dépôts, il est nécessaire à présent de développer le financement de l’impact social, via les investisseurs institutionnels et privés ordinaires », a-t-elle précisé.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Clôturant la convention nationale de l’Udes, Myriam El Khomri a, elle aussi, suscité la satisfaction de l’auditoire. La ministre du travail, c’est bien normal, a commencé par rappeler le rôle de l’ESS en matière d’emploi. Elle a en particulier signalé que 80 % des emplois d’avenir avaient été créés dans le secteur non marchand et plus d’un tiers dans les associations.

Partageant les valeurs portées par les employeurs de l’ESS, « la gouvernance démocratique, l’utilité sociale, la participation des salariés aux décisions de gestion de l’entreprise, etc. », Myriam El Khomri souhaite accorder toute sa place à l’Udes qui les représente. « L’Udes doit avoir toute sa place dans le dialogue social », affirme-t-elle. La représentante du Gouvernement fait alors trois annonces importantes, relatives aux principales instances consultatives dans le champ du travail : « des textes seront pris pour donner à l’Udes un siège au haut conseil du dialogue social et au conseil supérieur de la prud’homie avant la fin de cette année et dans la foulée à la commission nationale de la négociation collective ».

12 octobre 2015 Dans Actualités

C’est le 8 octobre que le conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire a été installé dans sa nouvelle configuration par Martine Pinville, secrétaire d’État chargée de l’ESS. Les missions de cette assemblée ont été élargies par la loi ESS de 2014. Le décret du 24 juin 2015 en avait détaillé la composition, soit 71 membres. En fait, l’arrêté du 2 octobre resserre un peu les rangs, puisque le conseil comprend finalement 61 membres. Éric Forti, président de la Cress Île-de-France siège aux côtés de Laure Chareyre, présidente de la Cress Rhône-Alpes. La délégation représentative du réseau des Cress est complétée par Jean-Louis Cabrespines, président du conseil national des Cress et Chloé Leuraud, chargée du plaidoyer au CNCRES. (arrêté du conseil sup ESS).
Thomas Boisson, qui était jusqu’à cet été conseiller technique dans le cabinet de la secrétaire d’État à l’ESS, assure le secrétariat général.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Le programme opérationnel régional des fonds structurels européens 2014-2020 est « lancé » par le conseil régional le 15 octobre 2015. La réunion du comité régional de suivi inter-fonds qui se tient ce jour-là ouvre la 3e et dernière campagne 2015 des appels à projets : sur le soutien aux populations marginalisées, sur les écoles de la 2e chance, sur les espaces dynamiques d’insertion et sur l’entrepreneuriat ESS. Est visé sur ce dernier thème, l’appui, par des structures de type France Active, à la création d’activité.
Pour l’instant les deux appels à projets lancés en avril courent toujours. Ils concernent la lutte contre le décrochage scolaire et les actions en faveur de personnes placées sous main de justice.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Entré en vigueur le 1er octobre 2015, le décret sur le commerce équitable rend applicable l’article 94 de la loi ESS. Il élargit la notion aux échanges Nord / Nord, à savoir le commerce solidaire. Il permet d’encourager les circuits courts, en particulier le développement d’une agriculture citoyenne et durable.
En ouvrant de nouveaux horizons pour la création de filières d’avenir, cette évolution réglementaire constitue une opportunité pour démultiplier le potentiel du commerce équitable, dont les principes et outils ont vocation à irriguer l’ensemble des pratiques économiques.
Sur ce sujet, la loi ESS répond aux aspirations de changement des modes de production et de consommation (Amap, épiceries solidaires, etc.).
Il appartient désormais aux acteurs d’engager le processus de certification leur permettant d’afficher la mention « commerce équitable » sur leur production. La démarche peut être entreprise auprès de Bioéquitable, Fairtrade Max Havelaar et Ecocert.

12 octobre 2015 Dans Actualités

Souvent invoquée, l’innovation sociale prête à malentendus par certains entrepreneurs qui s’en réclament. Scrutant les « pratiques solidaires et l’innovation sociale », les chercheurs de l’Institut Godin viennent de mettre au point « les capteurs de l’innovation sociale ». Pour appréhender le potentiel de leur projet, les acteurs doivent se poser une cinquantaine de questions. Sont ainsi passés au crible le contexte, le processus (gouvernance, ancrage territorial, modèle économique), le résultat (bien, service, approche, accessibilité, usage), les impacts (individuels, organisationnels, territoriaux) et la diffusion (essaimage, apprentissage, sélection par les pouvoirs publics).

12 octobre 2015 Dans Actualités

Alors que la palette des diplômes autour de l’ESS s’est élargie en 2015, universitaires et organisations étudiantes livrent des réflexions intéressantes, chacun à leur manière. Saluons d’abord la parution du guide pratique édité par la conférence des présidents d’université (CPU) en téléchargement, avec le concours du réseau interuniversitaire de l’ESS (RIUESS). Le but est de répondre tant aux étudiants en attente de formation initiale qu’aux acteurs qui cherchent à consolider leurs acquis ou compléter leurs compétences.
Après un panorama sur l’histoire, les familles, les emplois de l’ESS, le guide recense les licences, masters, DUT et DU. Puis il identifie les chaires, une petite dizaine, et présente la trentaine de laboratoires de recherche. Dans leur introduction, les auteurs observent que l’ESS « n’est pas naturellement un angle d’entrée selon lequel l’Université approche son enseignement et sa recherche, toutes deux fondées sur des approches disciplinaires ».

Page 1 sur 2

Nous contacter

Siège administratif :
3 rue de Vincennes, 93100 Montreuil
Siège social : 15 cité Malesherbes, 75009 Paris

  • Tél: +33 (0)1 49 88 52 78

Newsletter mensuelle

Ma Newsletter