CONTACTNEWSLETTER
S'abonner à la lettre d'information
Nous contacter

Siège administratif :
3 rue de Vincennes, 93100 Montreuil

Siège social : 15 cité Malesherbes, 75009 Paris

Tél: +33 (0)1 49 88 52 78
Email : contact@cressidf.org

google map

“ESS 2024”, nouveau nom de scène de la plateforme solidaire des J.O. 2024

Le Comité Olympique français s’est lancé un défi : faire des JO 2024 les premiers Jeux olympiques inclusifs et solidaires de l’Histoire. Pour y parvenir, Les Canaux et le Centre Yunus ont lancé une plateforme solidaire sur internet, qui fait le lien entre l’économie olympique et les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Initialement connue sous le nom IMPACT 2024, le dispositif vient de changer de nom et s’appelle désormais “ESS 2024”.

L’objectif est toujours le même : informer et mobiliser les acteurs de l’ESS pour qu’ils s’emparent des opportunités économiques et des opportunités d’emploi des J.O.”, précise Elise Dupire, chargée de communication de la plateforme solidaire. Mais ce changement de nom s’explique surtout par une orientation stratégique plus affinée : le comité Paris 2024 vient de créer en son sein une section “impact et héritage” qui va oeuvrer pour que les Jeux Olympiques laissent une empreinte utile et durable sur les territoires qui les accueillent. “Pour des Jeux qui profitent à tous et qui ramènent du sport dans la vie des gens”, insiste Elise Dupire.

Le site internet de la plateforme a été lancé officiellement le 4 avril dernier. Mais des groupes de travail planchent depuis déjà plusieurs mois sur des sujets comme l’urbanisme de transition, la gestion et déchets, ou encore l’insertion. Des “cahiers d’impact” sont aussi en cours de rédaction et seront remis aux maîtres d’ouvrage des sites olympiques. Enfin, à partir du mois de mai 2019, un cycle de petits-déjeuners verra le jour à destination des entreprises, pour leur montrer les différents modèles de coopération possibles entre entreprises de même taille ou avec de grands groupes.

Nous voulons montrer aux entreprises qui se croient trop petites pour s’impliquer dans ces J.O. que c’est tout à fait possible”, précise encore Elise Dupire. Une façon de montrer que chaque structure, quelle que soit sa taille, a sa place dans des Jeux Olympiques véritablement inclusifs.

Publié par Line Bobi, le 30 avril 2019

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *